l’Église de Tracadie Imprimer

Prix du patroimoine 2014

Présentation de l'église St-Jean-Baptiste-et-St-Joseph

Historique

(Diapositive 1 ) L'église St-Jean-Baptiste-et-St-Joseph est la quatrième église érigée dans la paroisse de Tracadie. La toute première chapelle fut érigée en 1798 à la Pointe-de-Pré sur une terre appartenant à Michel Bastarache, le premier pionnier arrivé à Tracadie.
 
(Diapositive 2 ) Il n'existe pas de photo de cette petite chapelle mais on peut facilement s'imaginer qu'elle devait ressembler à celle de la colonie agricole d'Allardville.
 
(Diapositive 3 ) Ensuite, en 1823, une église en bois fut construite au même endroit sous la direction du missionnaire Thomas Cooke.
 
(Diapositive 4 ) Cinquante ans plus tard en 1873, la première église en pierre fut construite sur le site actuel afin de satisfaire aux besoins spirituels d'une population grandissante. Malheureusement, le 8 novembre 1925, l'église fut détruite par un incendie.
 
(Diapositive 5 ) (PAUSE)
 
(Diapositive 6 ) (PAUSE)
 
(Diapositive 7 ) C'est en 1926 que la construction de l'église actuelle débuta. En utilisant les pierres de l'ancienne église, on prit environ deux ans pour monter l'extérieur, mais l'intérieur ne fut complètement terminé que 20 ans plus tard, la crise économique des années '30 ayant freiné les travaux pendant plus de 10 ans.
 
(Diapositive 8 ) Nous avons deux photos qui témoignent que l'église a été utilisée bien avant que l'intérieur ne soit complété : ici, remarquez que les murs du chœur sont encore sur la pierre et que les colonnes des jubés sont au bois équarri.
 
(Diapositive 9 ) Sur cette photo prise lors de la bénédiction des cloches le 24 juin 1928, en plus des murs du chœur sur la pierre nue, on peut voir que seule la partie du haut des verrières du chœur est installée.

Architecture de l'église

(Diapositive 10 ) L'église fut dessinée par René A. Fréchet, un architecte bien connu pour ses nombreux plans d'églises, dont celui de Paquetville. Notre église est entièrement faite de pierres de grès provenant d'une carrière de Leech.
 
(Diapositive 11 ) L'église est de style né ogothique, style caractérisé principalement par les formes d'ogives ou arcs brisés que l'on peut apercevoir à plusieurs endroits dans l'église comme aux voûtes, aux ouvertures donnant sur la sacristie, aux vitraux et aux fenêtres.
 
(Diapositive 12 ) L'église « [...] mesure 155 pieds de longueur sur 70 pieds de largeur en avant et 56 pieds de largeur en arrière. Si on ajoute la sacristie à l'arrière, l'église a une longueur de 212 pieds.
 
(Diapositive 13 ) Le portail comprend deux colonnes toscanes décorées par un chapiteau fleurdelisé. » 1
 
(Diapositive 14 ) Les éléments d'architecture de l'église sont très symboliques. « La Sainte Trinité est évoquée par les trois fenêtres situées sur la façade et par les trois portes principales.»2
 
(Diapositive 15 ) La présence irlandaise est soulignée par les croix celtiques sur le toit de l'église, tandis que de chaque côté de la sacristie, les trois feuilles du trèfle rappellent le patron des Irlandais, Saint Patrick, mais ces trois feuilles symbolisent aussi la Trinité.

L'intérieur

(Diapositive 16 ) Le 21 mai 1944, le père Joseph Trudel est nommé curé de la paroisse St-Jean-Baptiste-et-St-Joseph de Tracadie. En plus des dossiers de la création des nouvelles paroisses de Pont-Landry et de Sheila, de la reconstruction de l'Hôtel-Dieu qui avait été incendié le 6 janvier 1943, le père Trudel s'attaque à celui de la rénovation de l'intérieur de l'église. «Donc, de 1944 à 1948, le père Trudel supervise les travaux, faisant souvent appel à des ouvriers spécialisés venant de l'extérieur de la région. Il est à l'origine des jubés avec planchers en bois franc, du terrazzo dans la nef et le chœur, du renouvellement du chauffage, de l'autel principal, et des deux autels latéraux en marbre, de l'ambon et des mosaïques.»3
Partageons ensemble le plaisir de regarder plus en détail les éléments de la décoration intérieure de l'église que nous pouvons encore admirer aujourd'hui.
 
(Diapositive 17 ) La voûte, avec ses 46 pieds de hauteur, est certainement très impressionnante. Elle est magnifique. Elle « [...] repose sur des colonnes de style corinthien de 26 pieds de hauteur et de six pieds de diamètre. » 4 À l'origine, la voûte était blanche, comme l'étaient traditionnellement la plupart des voûtes de ce type. Toutefois, vers les années 1980, on décida de remplacer cette couleur par le bleu, la couleur de la Sainte Vierge.
 
(Diapositive 18 ) Toutes les boiseries, incluant les portes, les bancs, les jubés et les buffets de l'orgue sont faites en merisier.
 
(Diapositive 19 ) La magnifique mosaïque sur la façade de l'ambon est composée de 17 sortes de marbres. L'aigle représente l'évangéliste Saint-Jean, le livre ouvert représente la Révélation ainsi que le Nouveau Testament et la plume, quant à elle, représente les écrits retrouvés dans les évangiles et les épîtres.
 
(Diapositive 20 ) Le maître-autel, avec ses magnifiques couleurs, nous rappelle l'époque où le prêtre disait la messe dos aux fidèles. Son décor intègre les motifs symboliques de la vigne et du blé. Le maître-autel est surplombé par un « magnifique Christ [...] en marbre de Carrare. » 5
 
(Diapositive 21 ) (Pause)
 
(Diapositive 22 ) Poursuivons avec une description du père Zoël Saulnier : «Dans le chœur, les vitraux des quatre évangélistes - Luc, Mathieu, Marc et Jean – favorisent dans l'église une ambiance de prière. Le vitrail coloré donne une qualité spirituelle à l'édifice culturel, tandis que,
 
(Diapositive 23 ) dans la nef, les fenêtres ayant des verres aux motifs de dentelle laisse passer la lumière pour nous dire comment la lumière de Dieu illumine l'âme des humains.» 6 (fin de la citation)
 
(Diapositive 24 ) Le marbre et le fer forgé sont utilisés pour la sainte table, le marbre étant le matériau omniprésent dans la décoration de l'église. Il recouvre entre autres les bas-murs et le bas des colonnes tandis que le fer forgé est incorporé au nouveau chemin de croix,
 
(Diapositive 25 ) œuvre du sculpteur d'origine hongroise, Bela Zoltvany. À l'époque, le chemin de croix avait coûté 910 $. Il a été offert à l'église par de généreux donateurs de Tracadie.
 
(Diapositive 26 ) Aujourd'hui, nous pouvons admirer le même décor que les paroissiens ont pu admirer lors de la consécration de l'église par l'évêque Mgr Camille-André LeBlanc le 21 septembre 1949.
L'orgue
 
(Diapositive 27 ) Dans le livre de Maurice Basque et de Nicole Barrieau Pour la Gloire de Dieu et de la paroisse, on peut lire : « Le plus récent projet d'envergure qui a contribué au patrimoine architectural religieux de Tracadie fut l'achat par la paroisse, en 1999, d'un orgue à tuyaux Casavant. Rappelons que déjà en 1946, le curé Joseph A. Trudel de Tracadie avait émis le vœu que la nouvelle église de pierre soit dotée d'un orgue digne de son architecture ».7 (fin de la citation)
 
(Diapositive 28 ) C'est nul autre que monsieur Armand Lavoie, musicien et chef de chœur de la Chorale LaFrance qui lança l'idée de réaliser le rêve du père Trudel pour souligner le 50è anniversaire de la consécration de l'église. Le comité permanent, qui mena à bien le projet, choisit le nom de Fondation Père-J.-A.-Trudel pour rendre hommage à ce grand mélomane.
Le concert inaugural de l'orgue à tuyaux Casavant eut lieu le 9 octobre 1999. Les artistes invités, l'organiste Sylvain Doyon et le trompettiste Louis Larouche, surent mettre en valeur ce magnifique instrument devant un auditoire impressionné par la sonorité et la puissance de cet orgue de 34 jeux et de 2 210 tuyaux.
 
(Diapositive 29 ) En plus de doter l'église d'un instrument de grande qualité, il faut noter que son intégration à l'architecture déjà existante a été parfaitement réussie. Les deux buffets de l'orgue ont été fabriqués par Rémi Losier, un ébéniste de la région de Saint-Isidore.
 
(Diapositive 30 ) Ils sont faits en merisier et reprennent les éléments de l'architecture néogothique de l'église ainsi que les croix figurant sur les bancs dans la nef.
Travail du conseil de gestion
 
(Diapositive 31 ) Ce court rappel de l'histoire et de l'architecture de l'église nous a permis de souligner tous les efforts et toute la détermination des paroissiens de l'époque et de leurs pasteurs pour doter la paroisse d'un temple digne de leur foi et d'un objet de beauté à la gloire de Dieu.
Le temps peut donner de la valeur aux choses, comme il peut aussi les dégrader. Elles gardent leur valeur si on s'efforce de les entretenir et d'en prendre soin comme d'un bien inestimable. Aujourd'hui, le Comité d'Animation culturelle du Patrimoine veut souligner le travail fait par les conseils de gestion d'hier et d'aujourd'hui pour entretenir et maintenir en bonne condition cet édifice de notre patrimoine religieux.
Durant les 30 dernières années, les conseils de gestion de la paroisse St-Jean-Baptiste-et-St-Joseph ont géré avec sagesse et prévoyance les biens matériels de la paroisse et plus particulièrement l'église. C'est ainsi que les paroissiens jouissent actuellement d'un temple solide qui a été bien entretenu par des travaux faits petit à petit au cours des années et pour lesquels on a toujours répondu « présent » quand c'était le temps de participer financièrement.
Aujourd'hui, nous voulons souligner tout particulièrement l'implication extraordinaire de monsieur Claude Brideau qui a été co-président pendant près de 30 ans soit de 1983 à 2011 et qui a tout mis en œuvre pour que les travaux soient faits au fur et à mesure des besoins. Dans cette présentation, il serait trop long d'énumérer toute la liste des travaux de réparation, d'entretien et d'améliorations qui ont été commandés et supervisés par les différents conseils de gestion depuis 1980, nous allons donc nous contenter de nommer les principaux :

Travaux effectués de 1980 à 2013 :

(Diapositive 32 )
*1980 – Peinture du plafond, des murs et des décorations à l'intérieur de l'église – Prix : inconnu
1985 – Réparation du perron des entrées principales – Prix : de 25 000,00 à 30 000,00 $
1987 – Peinture de la sacristie et installation d'un tapis – Prix : 4 995,98 $
*1987 – Remplacement de la première chaudière au charbon, qui avait été convertie à l'huile, par une chaudière à vapeur 'York' – Prix : 26 737,08 $
– Amélioration du système de son – Prix : 4 376,48 $
– Excavation au sous-sol de la sacristie et coulage de béton pour le plancher et les murs – Prix : 29 014,00 $
*1987-1988 – Installation des fenêtres thermos à l'extérieur de l'église, de la sacristie et des clochers – Prix : 25 134,89 $
 
(Diapositive 33 )
1990 – Installation de deux portes en aluminium à l'arrière de l'église du côté du presbytère – Prix : 4 736,00 $
– Rembourrage des agenouilloirs – Prix : inconnu
1991 – Installation de lumières projecteurs (spots) à différents endroits à l'extérieur de l'église – Prix : 1 236,24 $
*1993 – Réparation et peinture des clochers – Prix : 38 074,88 $
– Installation d'un système d'alarme – Prix : 2 364.00 $
1994 – Remplacement et réparation de certaines bouches d'aération sur le toit ainsi que la réparation de la croix du pignon de la face est – Prix : 8 600,00 $
*1995–Réparation et peinture du toit de l'église et de la sacristie –Prix :9 202,00 $
– Réparation du plâtre dans les jubés et les portiques – Prix : 642,00 $
– Réparation de deux moteurs qui actionnent les cloches – Prix : 1 520,23 $
 
(Diapositive 34 )
*1996-1997 – Décapage et vernissage des bancs, des appuis-bras, des boiseries des jubés, des trois entrées, des deux galeries, des descentes d'escaliers. Sablage et vernissage des planchers des jubés. Remplacement du tapis dans les jubés et les escaliers – Prix : 88 500,00 $ + 14 000,00 pour le tapis du plancher des jubés.
 
(Diapositive 35 )
*1996 à 2004 – Réparation des 'joints' de la pierre avec du mortier, etc. Travail réparti à raison de 5 à 10 00,00 $ par année - Prix : 69 950,00 $
1998 – Installation rampes garde-fous sur le perron de l'église – Prix : 1 650,00 $
– Remplacement du panneau pour l'électricité à l'arrière de l'autel ainsi que le remplacement des fils pour l'éclairage dans l'église, y compris les jubés. Installation de nouveaux ventilateurs plafonniers - Prix : 11 500,00 $
 
(Diapositive 36 )
1999 – Remplacement des autres fils électriques dans l'église – Prix : 7 507,33 $
*1999 – Achat d'un orgue à tuyaux (installation et aménagement du buffet)
Prix : 132 000,00 $
2004 – Installation de panneaux de signalisation : sorties d'urgence – Prix :
3 473,00 $
– Installation d'une horloge électronique pour le système de son du clocher – Prix : 2 200,00 $
2006 – Installation d'une nouvelle console de son et ajout de quatre nouveaux haut-parleurs – Prix : 7 550,00 $
*2007 – Remplacement de la vieille tuyauterie à isolation d'amiante par une nouvelle tuyauterie et par des radiateurs neufs ainsi que de la chaudière à vapeur par deux chaudières à eau chaude plus efficaces – Prix : 131 443,89 $
2008 – Peinture du toit de l'église et celui de la sacristie – Prix 25 199.00 $
– Ajout d'un panneau pour l'électricité de 400 ampères – Prix : 9 823,00 $
 
(Diapositive 37 )
2011 – Réparation des paratonnerres – Prix : 9 823,95 $
2012 - Remplacement du tapis de la sacristie par un contreplaqué couvert d'un revêtement en vinyle cousiné et installation d'une surface protectrice sur le comptoir des armoires – Prix : 7 438,91 $
*2012 - Nouvelle peinture de la section beige à l'intérieur de l'église – Prix :
12 500, 00 $
2013 – Installation de nouveaux haut-parleurs – Prix : 20 000,00 $
 
(Diapositive 38 ) En résumé, il y a eu 32 projets réalisés au cours des 33 dernières années pour un total de plus de 732 000,00$.
 
(Diapositive 39 )
C'est pourquoi, le Comité d'Animation culturelle du Patrimoine décerne le
Prix du Patrimoine 2014
Conseil de gestion de la paroisse St-Jean-Baptiste-et-St-Joseph
pour
la gérance, l'entretien et l'amélioration au cours des ans,
de l'église Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Joseph,
un bien patrimonial significatif pour la communauté.
 
 
Home Patrimoine Prix du patrimoine Prix 2014 l’Église de Tracadie