Le pique-nique paroissial Imprimer

Un rendez-vous annuel pour plusieurs paroisses catholiques de Tracadie était notamment le pique-nique paroissial.  Saint-Irénée, Sheila, Rivière-du-Portage et Brantville ont tenu annuellement cet événement depuis de nombreuses années, jusqu'à aujourd’hui.  Pour une paroisse, il s'agit d’une levée de fonds, d’un lieu de divertissement et d’un lieu de rencontre pour les membres de ces communautés ainsi que les anciens qui viennent revoir parents et amis.  Les pique-niques sont apparus avant l'incorporation de la municipalité et sont encore toujours populaires de nos jours.  

Le premier pique-nique à voir le jour est bien évidemment celui de la paroisse de Tracadie.  Dès 1903, on indique dans les journaux que le pique-nique, dont les profits sont versés à l'église, sont de 900 $ malgré la mauvaise température.  Des années plus tard, en 1929, on annonçait fièrement que le pique-nique avait permis d'amasser la somme de 3000 $ épongeant ainsi, la dette de la construction de l'église, nouvellement construite après l'incendie de 1926.  Malheureusement, le pique-nique de Tracadie n'est plus, même si des tentatives de le remettre sur pied furent tentées.

À Rivière-du-Portage, le pique-nique remonte au début du 20e siècle, avec la fondation de la paroisse.  On peut lire qu'en 1905, le pique-nique avait permis d'amasser la somme de 680 $, ce qui avait servi à l'achat de chaises pour l'église.  De nos jours, ce pique-nique organise un concours de mini-royauté, des jeux de bingo et des tables de bazar.  De plus, des repas chauds sont servis et une vente aux enchères à lieu.

À Sheila, le premier pique-nique remonte à 1946 et il fut tenu à Val-Comeau, sur le site actuel du Camping Val-Comeau.  Les fonds ramassés étaient versés pour la construction de l'église, ouverte au culte la même année.  L'année 2016 marquait le 70e anniversaire du pique-nique annuel de Sheila, tenu au mois de septembre.  On pouvait jouer au bingo, jouer aux jeux de bazar, monter à bord des manèges, prendre un repas à la cantine ou aller souper au repas chaud au sous-sol de l'église.

À Saint-Irénée, le premier bazar ou pique-nique eut lieu en 1948, durant la première semaine de septembre.  Pour l'occasion, on avait acheté un terrain d'Anicet Doiron, ainsi qu'une autre parcelle de terre pour accommoder le futur cimetière.  Étant donné le manque d'infrastructures, on avait fait construire un puits ainsi qu'un petit abri pour servir le repas.  Ce repas fut préparé par Edgar Sonier, cuisinier à l'Hôtel-Dieu de Tracadie.  Il avait fait le bouillon là-bas à Tracadie et on avait dû aller le chercher pour le servir aux paroissiens!  Selon les normes de santé d'aujourd'hui, cette démarche n’aurait pas été permise !       

À Brantville, le pique-nique eut lieu pour les mêmes raisons que les autres paroisses, soit pour défrayer les coûts de construction pour une église et la mise en place d'une paroisse religieuse.  Le premier pique-nique s'est déroulé en juin 1964 et on avait réussi à recueillir une somme d'un peu plus que 1 000 $!   

De nos jours, les pique-niques sont empreints de nostalgie, mais sont toujours fréquentés par une bonne partie des habitants.  Comme lieu de rencontre, l'Aquafête et surtout la Ruée à Tracadie rempli le rôle que jouait le pique-nique.  En 2016, le nouveau quartier 1 de la Municipalité régionale tenait sa première rencontre de quartier qui est en sorte une continuité de ce qu'était le pique-nique autrefois.  Dans cette région de la municipalité, il y avait longtemps qu'un pique-nique ou un festival n'avait pas eu lieu.  D'autres festivals, dont celui de la Moisson d'Art, donne lieu à des rencontres et offre une variété d'événements qui plait aux habitants de la municipalité.  L’avenir nous dira si les pique-niques sous leurs formes actuelles continueront d’attirer les foules.