Les élections provinciales d’autrefois Imprimer

Par: Maurice Basque

Le mois prochain,l’électorat du Nouveau-Brunswick se rendra aux urnes afin d’exprimer son choix lors d’élections provinciales. La municipalité de Tracadie-Sheila fait partie de la circonscription provinciale du même nom  et est représentée à l’Assemblée législative de Fredericton par un député et ce depuis les modifications à la Loi électorale survenues en 1974 . Avant ces modifications,les électeurs de la province devaient élire plusieurs députés par comté.   Et avant également,les  jours  d’élections étaient  souvent  plus mouvementés,les esprits plus échauffés par de généreux débits d’alcool  et une partisannerie politique qui poussait même des hommes à la bagarre. Il n’était pas rare de compter plus de votes que d’électeurs,et  même qu’une fois des hommes de Tracadie se seraient rendus à Néguac afin d’y voter illégalement !  Aux dires des anciens, les élections excitaient la population et la politique devenait une forme de divertissement dans un monde où  il était important de rompre avec la monotonie du quotidien .

Théotime Blanchard,de Caraquet,élu en 1870Les premiers habitants de la région de Tracadie-Sheila ont voté pour un député qui représentait le comté de Northumberland à Fredericton  et ce ,jusqu’à la création du comté de Gloucester en 1827. L’année suivante,plusieurs électeurs « …of both the Tracadies… »,c’est-à-dire ce qui est aujourd’hui le secteur Tracadie et le secteur Sheila de la municipalité ,avaient  demandé à Fredericton de demeurer  dans le comté de Northumberland puisqu’ils  se rendaient souvent à Miramichi afin de s’approvisionner en vivres. Frederiction refusa cette requête et Tracadie demeura dans Gloucester.Le comté avait un député à sa création en 1827,puis deux dans les années 1830,trois aux élections provinciales de 1895,quatre à celles de 1912 et cinq à celles de 1948. Les électeurs devaient donc  choisir plusieurs candidats  au cours d’élections qui utilisaient donc un scrutin de liste.

Avant 1971,la Loi électorale stipulait qu’il fallait être âgé de 21 ans pour voter. Depuis 1971,il faut 18 ans.Nous votons de façon secrète au Nouveau-Brunswick depuis  1855. Avant,l’électeur devait annoncer publiquement pour qui il votait et ce ,souvent devant son employeur ou le prêtre… Même  après 1855, les prêtres ne boudaient pas les élections. Le curé Ferdinand Gauvreau de Tracadie  fut présent au bureau de scrutin en 1865 et surveillait le vote des électeurs et ne s’opposa pas semble-t-il  à ce qu’un candidat catholique reçoive des coups ,ce qui fit dire à un journal de Saint-Jean que les électeurs de Tracadie étaient des «  half savages » !! Pas étonnant que cette formule donnait des résultats pas toujours démocratiques ! Les femmes peuvent voter aux élections provinciales depuis 1919 et être candidates  depuis 1934.

Pendant la majeure partie du 19e siècle,seuls des députés anglophones furent élus  dans Gloucester. Le premier député acadien du comté fut Théotime Blanchard,de Caraquet,élu en 1870. Le premier député de la circonscription de Tracadie fut Adjutor Ferguson,élu en 1974  et il était l’un des cinq députés de Gloucester depuis 1967.

Pour en savoir plus :

  • Les élections au Nouveau-Brunswick,1784-1984,Fredericton,Bibliothèque de l’Assemblée législative,1984
 
Home Art + Culture + Patrimoine Chroniques du 225e Les élections d’autrefois