La plus ancienne représentation de Tracadie? Imprimer

Par: Maurice Basque

La plus ancienne représentation de TracadieL'été et les vacances : le temps de décrocher, de s'amuser, de revoir parents et amis et aussi prendre en photo les sites touristiques visités, les coins méconnus ou encore des lieux qui ont marqué notre enfance. Il n'y a pas si longtemps, pour celles et ceux qui n'avaient pas la passion de la photographie ou qui n'avaient tout simplement pas d'appareil photographique, la carte postale était la solution. Aujourd'hui, avec la révolution des médias sociaux, tout le monde est photographe et plusieurs s'en donnent à coeur joie, mitraillant tout sur leur passage. Cette nouvelle pratique permet de multiplier les représentations des personnes, des lieux et aussi des municipalités. Pas vraiment de problème aujourd'hui à trouver une photographie de Tracadie-Sheila sur le web!

Mais qu'en est-il pour la plus ancienne représentation de Tracadie-Sheila? Si on laisse de côté les plans cartographiques des concessions de terres de la fin du 18e et du début du 19e siècle produits par les arpenteurs de la province, il semblerait que cette représentation soit une peinture réalisée vers 1862. Reproduite dans cette chronique, cette aquarelle fut réalisée par William F.Brand, un enseignant itinérant qui fit la classe à Dorchester, Newcastle et Inkerman. La demeure et les installations commerciales de James Young y sont dépeintes avec beaucoup de détails dont un genre de carrosse, probablement celui de Young devant la maison. La propriété est traversée par le chemin du roi, aujourd'hui la rue principale de Tracadie-Sheila. Le lazaret avec son imposante palissade est à gauche et, au loin, on peut apercevoir un bateau à vapeur. Cette toile, propriété de la cité de Miramichi, est maintenant conservée aux Archives provinciales du Nouveau-Brunswick à Fredericton. Elle fut pendant des décennies dans la collection de la Old Manse Library de Newcastle. Lorsque la toile fut sortie de son cadre à Fredericton pour des travaux de restauration, on y découvrit à l'extrême droite que le peintre avait inclus l'église de l'époque qui était construite en bois, près de l'eau, à la Pointe-de-Pré.

L'aquarelle de William F.Brand témoigne de l'importance de la famille Young à Tracadie au 19e siècle. Originaire d'Écosse, James Young s'installa à Tracadie en 1825 et épousa Ann Ferguson. Leur fils Robert fit carrière à Caraquet dans le commerce du poisson et en politique. Il est l'un des personnages centraux de l'affaire Louis Mailloux. Son frère James succéda à leur père à Tracadie et les deux frères (Robert et James fils) furent élus députés provinciaux du comté de Gloucester.

Il est possible de voir une reproduction de cette toile au Musée historique de Tracadie ainsi qu'au Musée acadien de l'Université de Moncton. Si vous pensez posséder une plus ancienne peinture ou un dessin représentant une vue de Tracadie-Sheila réalisé avant 1862, contactez le Musée historique de Tracadie. Son équipe sera très contente d'en recevoir une copie ou encore, beau geste à faire en cette année du 225e, l'original !

Sources

  • Pour en savoir plus : R.A. Tweedie, F. Cogswell, W. Stewart MacNutt. Arts in New Brunswick, University Press of New Brunswick, 1967.
  • Cette aquarelle fut réalisée par William F.Brand, un enseignant itinérant qui fit la classe à Dorchester, Newcastle et Inkerman. La demeure et les installations commerciales de James Young y sont dépeintes avec beaucoup de détails dont un genre de carrosse, probablement celui de Young devant la maison. La propriété est traversée par le chemin du roi, aujourd'hui la rue principale de Tracadie-Sheila.