Tracadie commémore le bicentenaire de la Déportation en 1955 Imprimer

Par: Maurice Basque

Tracadie commémore le bicentenaire de la Déportation en 1955Depuis 2005, le 28 juillet est le jour au Canada consacré à la commémoration du Grand Dérangement. En effet, cette date a été retenue par la proclamation royale du gouvernement canadien de 2003 qui reconnait les torts causés aux Acadiens au moment de la Déportation par les autorités britanniques. Le 28 juillet fut choisi car c’est un 28 juillet 1755 que les autorités de la Nouvelle-Écosse ont donné l’ordre qui débutait les opérations militaires de l’expulsion de la population acadienne de cette colonie. Cependant, la commémoration de cet événement capital dans l’histoire de l’Acadie ne remonte pas seulement à 2005. Par exemple, en 1955 les Acadiens de partout avaient souligné de façon grandiose le bicentenaire de la Déportation et les gens de la paroisse Saint-Jean-Baptiste et Saint-Joseph de Tracadie ne furent pas en reste…

En 1955, la paroisse religieuse de Tracadie avait comme curé l’abbé Joseph A. Trudel, prêtre né à Shippagan en 1888. Arrivé à Tracadie comme curé en 1944, se fit remarqué par son dynamisme, pour ne pas dire son entêtement à faire de l’église paroissiale l’une des plus belles du diocèse, peut-être même de la province. Quand l’abbé Trudel apprit que l’on organisait des grandes fêtes pour souligner le bicentenaire du Grand Dérangement, il décida que sa paroisse de Tracadie allait se faire remarquer. Il décida donc avec l’aide de quelques paroissiens de faire construire une chapelle consacrée à saint Joseph que l’on connait aussi sous le nom de Sanctuaire Saint-Joseph de Tracadie-Sheila. Cette chapelle est située tout près du rivage de la rivière Petit-Tracadie. Le style architectural de ce temple rappel celui de l’église du lieu historique national de Grand-Pré dont les plans avaient été dessinés par l’architecte René-A. Féchet, le même qui avait produit ceux de l’église actuelle de Tracadie.

Le dimanche 25 août 1955, la Chambre de Commerce de Tracadie invitait toute la population à la bénédiction solennelle de cette chapelle qualifiée de sanctuaire diocésain consacré à saint Joseph. L’évêque de Bathurst, Mgr Camille-André LeBlanc, procéda à la bénédiction qui fut suivie d’un pageant historique. Déjà, dans l’édition spéciale du journal l’Évangéline du 15 août 1955, la paroisse de Tracadie avait fait paraître un texte faisant état des ancêtres acadiens de la paroisse et du fait que Tracadie avait grandi avec l’Acadie. C’est dire jusqu’à quel point le père Trudel, comme on l’appelait familièrement, avait non seulement le sens de la fête, mais aussi un fin sens politique…Depuis son ouverture officielle durant cet été 1955, le Sanctuaire Saint-Joseph accueille des cérémonies consacrées au père adoptif du Christ durant chaque saison estivale.

Pour en savoir plus :

  • Basque, M. et Barrieau, N. Pour la gloire de Dieu et de la paroisse : histoire des églises de la paroisse Saint-Jean-Baptiste et Saint-Joseph de Tracadie, 2000.
  • Pour en connaitre plus sur les commémorations de 1955 en Acadie, voir le site Web 1755 : l’Histoire et les histoires (www.acadie1755.ca)
 
Home Patrimoine Chroniques du 225e Bicentenaire - déportation